Evaluer la conscience dans le syndrome d’enfermement

Recherche Mis en ligne le 21 juillet 2017
Ouvrir / fermer le sommaire

Une étude de cas menée par Benjamin Rohaut et Federico Raimondo de l’équipe de Lionel Naccache à l’ICM met en évidence l’utilisation possible de l’imagerie cérébrale fonctionnelle pour évaluer l’état de conscience chez des patients avec une atteinte motrice et sensorielle sévère.

Comment savoir si un patient est conscient ou non ? Ce diagnostic peut être très difficile à poser dans certaines situations, notamment dans le cas de patients très sévèrement touchés d’un point de vue sensoriel et moteur.

Face à un patient entièrement paralysé, non communicant et ne présentant aucun comportement intentionnel, les médecins doivent trouver des moyens détournés pour déterminer son état de conscience. À l’heure actuelle, ils s’appuient principalement sur des méthodes d’évaluation comportementales et d’imagerie cérébrale fonctionnelle.

Cette évaluation de la conscience fait l’objet d’une étude de cas menée par les chercheurs et cliniciens de l’ICM. Ces derniers ont réussi à mettre en évidence l’état de conscience d’un patient atteint d’un locked-in syndrome ou syndrome d’enfermement, qui correspond à une paralysie totale ou quasi-totale avec une perte de réponse aux stimulations extérieures.

Le patient en question a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) au niveau du tronc cérébral. Face à l’atteinte multi-sensorielle particulièrement sévère du patient, les médecins et chercheurs ont associé des enregistrements d’électroencéphalographie (EEG) de haute densité avec un algorithme combinant différents marqueurs liés aux états de conscience, préalablement élaborés par la même équipe et publiés dans le prestigieux journal Brain en 2014.

Les résultats obtenus pour ce patient étaient en faveur d’un état conscient, et non d’un état végétatif.
Une semaine après ces tests, les médecins ont pu observer que le patient pouvait désormais faire preuve de comportements moteurs intentionnels et répondait à certaines commandes avec ses yeux.

L’algorithme utilisé pour cette étude a donc pu détecter l’état de conscience du patient 7 jours avant que n’apparaissent les premiers signes comportementaux.
Dans l’ensemble, ces résultats illustrent l’utilité des enregistrements cérébraux fonctionnels, notamment l’EEG, en complément de la prise en charge classique, clinique et comportementale, pour déterminer l’état de conscience de patients dans des situations critiques comme le syndrome d’enfermement.

Source : Probing consciousness in a sensory-disconnected paralyzed patient. Rohaut B, Raimondo F, Galanaud D, Valente M, Sitt JD, Naccache L. Brain Inj. 2017 Jun 28:1-6.

Equipes scientifiques

Equipe "PICNIC Lab : Evaluation physiologique chez les sujets sains et atteints de troubles cognitifs"
Chef d'équipe
Paolo BARTOLOMEO Chef d'équipe
Laurent COHEN Chef d'équipe
Lionel NACCACHE Chef d'équipe
L’équipe de Laurent Cohen, Lionel Naccache et Paolo Bartolomeo se consacre à l’étude des fonctions cognitives développées de façon exclusive ou prédominante chez l’être humain, en particulier le langage et la cognition consciente. L’étude des patients occupe une place centrale dans sa méthode d’approche. Pour l’étude du langage comme de la conscience, et avec les sujets sains comme avec les patients, l’équipe fait appel à des techniques comportementales et d’imagerie cérébrale multimodale de pointe.
Lire la suite