L’ICM et l’IHU-A-ICM lancent le programme « Big Brain Theory »

Recherche Mis en ligne le 17 juillet 2015
Photo : Programme Big Brain Theory

©ICM

Ouvrir / fermer le sommaire

L’ICM et l’IHU-A-ICM ont annoncé en juin 2015 le lancement du Programme « Big Brain Theory ». Cet appel d’offre permettra l’attribution de subventions pour de nouveaux projets initiés par les chercheurs, les cliniciens, les ingénieurs et techniciens de l’Institut de l’ICM et du Pôle des Maladies du Système Nerveux de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Le programme « Big Brain Theory » est un appel d’offre lancé par l’ICM et l’IHU-A-ICM destiné à financer des projets de recherche innovants, interdisciplinaires, et à haut risque au sein des équipes de l’Institut. Il s’adresse aux équipes de l’ICM, chercheurs, cliniciens et personnels des plateformes technologiques, et à celles du pôle des maladies du système nerveux de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

 

Pour Alexis Brice, Directeur Général de l’ICM, « Ce projet est tout d’abord une opportunité pour les investigateurs de financer un projet original, avec une prise de risque, sans avoir besoin de données préliminaires. Pour l’Institut c’est également un appel d’offre important car très structurant : nous souhaitons voir émerger des projets transversaux, faisant appel aux compétences complémentaires présentes au sein de l’ICM, afin de tirer au mieux parti de la diversité de notre communauté de chercheurs. La valeur ajoutée de l’ICM vient de cette possibilité d’allier des expertises et approches différentes (en recherche fondamentale, clinique, etc.), ce qui permet d’explorer de nouvelles frontières et interfaces. Les chercheurs présents dans l’Institut peuvent ainsi créer des synergies et aller plus loin que si ils étaient isolés. Cela confirme l’intérêt du modèle de l’ICM ».

A partir de janvier 2016, et jusqu’à juin 2017, dix projets sélectionnés par le Conseil Scientifique International de l’ICM et de l’IHU-A-ICM pourront ainsi être financés chacun à hauteur de 200 000 euros maximum. Par la suite, un à trois de ces projets qui auront obtenu leur preuve de concept pourront poursuivre leurs travaux avec un financement jusqu’à un million d’euros.

 

Pour Bertrand Fontaine, Directeur Général de l’IHU-A-ICM, Institut fondé par l’INSERM, le CNRS, l’UPMC, l’APHP, l’ICM, l’IFRAD, « C’est un appel d’offre qui est innovant, car il vise à financer des projets dans lesquels il y a une prise de risque, une idée originale et une collaboration entre plusieurs équipes de l’Institut. Ce qui compte avant tout, c’est l’idée : on demande aux chercheurs d’avoir une idée transformante. Autre aspect innovant de cet appel d’offre, c’est la simplification administrative. Les chercheurs ont aujourd’hui beaucoup de travail administratif, ce qui empiète sur le travail de recherche. Dans ce projet, les scientifiques seront entièrement financés afin qu’ils aient l’entière possibilité de s’investir totalement dans leur travail de recherche. Trois critères seront considérés pour sélectionner les projets proposés : l’originalité, la prise de risque et la transversalité. On attend des idées qui lèvent soit un verrou technologique, soit un verrou théorique scientifique dans la compréhension du cerveau et de la moelle épinière. Aujourd’hui, l’ICM est arrivé à une phase de son histoire où les équipes de recherche et les plateformes sont là, maillées par l’IHU-A-ICM aux équipes hospitalières. Une infrastructure de haut niveau est en place, il faut maintenant favoriser l’émergence de projets de recherche ambitieux ».

Ce projet est en effet de haute importance du point de vue du développement technologique de l’ICM, mais aussi de la communauté hospitalière engagée dans la prise en charge des maladies du système nerveux.

 

Alexis Brice rappelle que « L’Institut a beaucoup investi dans le personnel, dans des équipements, pour mettre à disposition des chercheurs des plateaux techniques de premier plan. La technologie évolue en permanence, la qualité des outils donne un avantage compétitif, et les équipements de l’ICM doivent être accessibles et utilisés au mieux. Cela nécessite une politique de développement technologique, et l’un des volets de cette politique est justement cet appel d’offre, car il est ouvert aux plateformes. Les projets développés dans le cadre du programme « Big Brain Theory » peuvent être scientifiques, technologiques ou méthodologiques. Cela illustre la volonté de l’ICM d’évoluer en permanence pour que les chercheurs aient toujours accès aux technologies les plus avancées ».