Premier Open Brain Bar de l’ICM

Événement Mis en ligne le 16 juin 2017
Ouvrir / fermer le sommaire

Le premier Open Brain Bar de l’ICM a eu lieu ce mercredi 14 juin 2017 au Café du Pont Neuf à Paris, sur le thème « Votre montre pourra-t-elle remplacer votre psy ? ». Le prochain évènement aura lieu le 21 septembre 2017 avec le Dr Stéphane Epelbaum et Stanley Durrleman, sur l’utilisation des algorithmes et la recherche clinique pour la maladie d’Alzheimer.

Les Open Brain Bar, rencontres entre des chercheurs d’exception de l’ICM et le grand public, visent à permettre, dans un cadre convivial et informel (café, bar), la rencontre entre des scientifiques et tous ceux qui s’intéressent au développement de la recherche en neurosciences.

 

 

Le premier Open Brain Bar, « Votre montre connectée pourra-t-elle remplacer votre psy ? », portait sur l’usage des nouvelles technologies en santé mentale. L’ICM invitait le public à en débattre avec deux experts, Luc Mallet, professeur de psychiatrie et Margot Morgiève, sociologue.

 

 

Cela a eu beaucoup de sens pour nous de sortir du laboratoire pour débattre de ces questions de représentations avec le grand public lors de cette première édition d’Open Brain Bar. Les nouvelles technologies font désormais partie intégrante de la vie sociale, elles permettent d’évaluer une grande quantité de paramètres (rythme respiratoire, poids, pression artérielle, fréquence cardiaque, sommeil…) en temps réel et en situation réelle.
Ces dispositifs peuvent être implantés dans des patchs adhésifs, chaussures de sport, pyjamas, vêtements de fitness, brosses à dents, bijoux, lingerie… bref, pas nécessairement des dispositifs médiaux dédiés, ce qui permet d’éviter l’écueil de la stigmatisation et de l’auto-stigmatisation des personnes présentant des troubles mentaux. Ceci n’est pas trivial car on constate que les représentations de ces troubles peuvent contribuer à des difficultés d’insertion sociale, d’accès au soin, d’observance des traitements, d’évolution clinique et du vécu des troubles. Les dispositifs technologiques sont censés apporter une lecture plus rigoureuse, plus « scientifique » des activités de la personne, elles viennent ainsi modifier les rapports entre médecins et patients qui commencent à être considérés comme des experts de leurs problèmes. Ce mouvement s’inscrit dans les nouvelles logiques de démocratie sanitaire et d’empowerment – un processus qui permet aux individus de prendre conscience de leur capacité d’agir et d’accéder à plus de pouvoir. La e-santé participe ainsi à un changement de paradigme allant de «Ma santé est la responsabilité de mon médecin» à «Ma santé est ma responsabilité et j’ai les outils pour la gérer». – Luc Mallet, professeur de psychiatrie et Margot Morgiève, sociologue.

 

Cet événement a fait l’objet d’une chronique d’Europe 1 diffusée cette semaine.

 

 

Retrouvez toutes les informations sur les Open Brain Bar sur notre page dédiée.