Nos avancées majeures

Alzheimer, Parkinson, Épilepsie, Sclérose en Plaques, AVC : l'ICM a obtenu des résultats prometteurs pour de futurs traitements.
Ouvrir / fermer le sommaire

2010-2015 : 12 avancées scientifiques majeures

A l’occasion des 5 ans de l’ICM, l’Institut vous présente 12 des avancées majeures réalisées entre 2010 et 2015.

av-majeures

La Maladie d’Alzheimer

Identification d’une cible thérapeutique prometteuse pour la maladie d’Alzheimer et les maladies à Prions

Les chercheurs ont identifié une molécule cellulaire – la kinase PDK1 – impliquée en amont de la voie de fabrication anormale des protéines pathologiques A-beta mal repliée et formant des plaques amyloïdes à l’extérieur des neurones, l’une des 2 lésions retrouvées dans la Maladie d’Alzheimer. Cette molécule PDK1 est également impliquée en amont de la production de protéines prion anormales. Lorsque cette cible – PDK1 – est bloquée par des inhibiteurs dans des modèles expérimentaux, la production de protéines pathologiques A-beta ou prion est bloquée. PDK1 représente donc une cible thérapeutique potentielle et prometteuse pour de futurs traitements à la fois pour la MA et pour les maladies à prion (travaux de Stéphane Haik).

La Maladie de Parkinson

Identification de 6 nouveaux facteurs de risque génétique de la maladie de Parkinson

Résultat d’une étude génétique de très grande envergure – étude sur 4 ans d’une cohorte de plus de 100 000 individus sains ou atteints de la maladie – les chercheurs ont identifié 6 nouveaux facteurs de risque génétiques, dont la présence est spécifique de la maladie de Parkinson. Comme une sorte d’emprunte moléculaire, ce résultat représente une grande avancée d’une part pour la détection génétique de la maladie et d’autre part pour l’exploration de nouvelles cibles thérapeutiques (travaux d’Alexis Brice).

Identification d’un peptide neuro-protecteur qui permet de prévenir la neurodégénérescence

En s’inspirant des stratégies utilisées par certains virus des neurones – virus neurotropes – qui détournent les fonctions cellulaires pour bloquer la mort cellulaire et maintenir ainsi leur habitat et y survivre, les chercheurs ont identifié une protéine virale – la protéine X – qui permet, à elle seule et en dehors du contexte viral, de prévenir la neurodégénérescence des neurones dopaminergiques touchés dans la maladie de Parkinson (travaux de Stéphane Hunot).

Les Épilepsies

Identification d’un nouveau gène associé à une forme familiale d’Épilepsie

Grâce à l’aide des familles qui se prêtent aux études cliniques et aux analyses génétiques, les chercheurs ont identifié un nouveau gène – DEPDC5 – dont les mutations sont impliquées dans les épilepsies familiale focales. Cette découverte qui permet de réaliser un vrai bon en avant dans la compréhension de ce type d’épilepsies, s’avère très prometteuse en termes de diagnostic pour les patients. (Travaux de Stéphanie Baulac et Eric Le Guern)

Prédiction et suivi des crises d’épilepsie grâce aux nouvelles technologies avec le vêtement intelligent de BioSerenity

Jeune entreprise de l’incubateur iPEPS de l’ICM – BioSerenity – a développé le Neuronaute, un vêtement intelligent et connecté, qui va révolutionner le diagnostic et le suivi médical de l’épilepsie avec pour objectif une prise en charge personnalisée et suivi des patients à distance. Ce type d’innovations technologiques est possible grâce au modèle ICM qui met en relation les chercheurs et les entreprises présentes dans l’incubateur (Pierre Frouin PDG de BioSerenity – iPEPS iCM, en lien avec le Pr Vincent Navarro et les chercheurs de l’ICM)

Sclérose en Plaques – SEP

Identification d’une nouvelle cible thérapeutique pour la réparation de la myéline dans la Sclérose en plaques

Les symptômes de la SEP sont dû à la « démyélinisation » – perte de la gaine de myéline qui protège les axones – fils conducteurs de l’influx nerveux – à l’image de la gaine isolante qui entoure les fils électriques et qui permet la bonne conduction du courant.

Les chercheurs ont identifié une molécule – l’endotheline 1 – fabriquée par les cellules nerveuses environnantes en réaction à la lésion de la gaine de myéline et qui a une action inhibitrice sur la re-myélinisation. Cette molécule représente une cible thérapeutique très prometteuse pour le développement de traitement re-myélinisants, puisque dans les modèles expérimentaux son inhibition pharmacologique permet d’accélérer la myélinisation. (Travaux de Brahim Nait Oumesmar)

Les AVC – Accidents Vasculaires Cérébraux

Rééducation des patients victimes d’AVC grâce aux « Serious Games » du LabCom BRAIN e-NOVATION

Reposant sur l’interaction entre les chercheurs, les médecins, les cliniciens, et les ingénieurs, le LabCom BRAIN e-NOVATION, laboratoire commun entre l’ICM et le groupe GENIOUS qui fabrique des jeux vidéo, a créé « Voracy Fish« , un “serious game” – jeux thérapeutique – visant à rééduquer et à réhabiliter les patients victimes d’AVC (en lien avec Marie-Laure Welter, coordinatrice du LabCom)

Le cerveau et son fonctionnement

Ecrire et dessiner avec les yeux

Les chercheurs ont mis au point un dispositif permettant de dessiner et d’écrire grâce aux mouvements des yeux. Ce système a pour objectif d’améliorer les conditions de vie de patients atteints de paralysie des membres tout en leur procurant un moyen de communication alternatif (travaux de Jean Lorenceau).

Diagnostiquer l’état de conscience et établir un pronostic

Les chercheurs ont pu identifier certaines signatures cérébrales de l’état de conscience chez les patients victimes de lésions cérébrales sévères. Ces informations cliniques seront précieuses pour diagnostiquer l’état de conscience et en prédire la récupération chez ces malades. (Travaux de Lionel Naccache)