Équipe Scientifiques

Page précédente Stéphanie BAULAC Chef d’équipe Equipe "Génétique et physiopathologie de l’épilepsie" https://www.baulacleguernepilepsy.com/home

Biographie

Stéphanie Baulac est co-responsable de l'équipe "Génétique et physiopathologie de l'épilepsie". Elle a reçu un M.Sc. en génétique humaine en 1998 et un doctorat en neurogénétique de l'Université Paris V René Descartes en 2001. Elle a reçu en 2014 le Prix Valérie Chamaillard, prix de la Fondation française pour la recherche sur l'épilepsie. En 2016, elle a reçu une bourse de consolidateur ERC. Au sein de l’ICM, elle est la responsable scientifique de la plateforme de iGenSeq (séquencage et génotypage) de l’ICM. Stéphanie est membre du conseil administratif et scientifique de la LFCE (Ligue française contre l’épilepsie) depuis 2012.

Travaux de recherche

L'équipe Baulac / Leguern vise à démêler les mécanismes moléculaires et cellulaires sous-jacents aux épilepsies génétiques, en particulier les épilepsies focales (avec ou sans malformations corticales associées au développement), les encéphalopathies épileptiques et les épilepsies généralisées génétiques. L'équipe promeut à la fois: (1) Une recherche translationnelle entre la clinique, la génétique et la physiologie pour identifier et caractériser de nouveaux gènes dans les épilepsies. Leur travail repose sur des collaborations étroites avec le département de neurogénétique diagnostique, les réseaux cliniques locaux, ainsi que les réseaux nationaux et internationaux sur la génétique de l'épilepsie (EpiGenet, Epi25K, DESIRE, EuroEpinomics), (2) une recherche fondamentale pour déchiffrer mécanismes pathogènes sous-jacents menant de mutations à des crises d'épilepsie. Les travaux de recherche combinent le séquençage à haut débit, l'édition CRISPR / Cas9, la transcriptomique, l'électrophysiologie (enregistrements multi-électrodes et patch) et les modèles cellulaires.   Stéphanie s'intéresse à la façon dont les mutations du complexe GATOR1 (inhibiteur de mTORC1), codées par les gènes DEPDC5, NPRL2 et NPRL3, contribuent à l'épileptogenèse et aux crises épileptiques et tentent d'expliquer la variabilité des phénotypes chez les patients. Elle développe des modèles animaux (souris knock-out et modèles d'électroporation in utero) pour évaluer les mécanismes physiopathologiques et réaliser des analyses fonctionnelles sur les tissus postopératoires humains. Elle étudie également le rôle des mutations somatiques mosaïques dans les gènes de la voie mTOR dans les épilepsies associées aux malformations corticales du développement telles que la dysplasie corticale focale (FCD).   Eric s'intéresse aux mécanismes physiopathologiques des encéphalopathies épileptiques liées aux mutations de HCN1, à l'identification de nouvelles causes génétiques d'encéphalopathies épileptiques sensibles à la fièvre et à la recherche de facteurs modulant la sévérité du phénotype. Son projet de recherche explore également comment des mutations dans plusieurs protéines présynaptiques conduisent à des épilepsies généralisées génétiques (GGE).

Publications

  • Møller RS, Weckhuysen S, Chipaux M, Marsan E, Taly V, Bebin EM, Hiatt SM, Prokop JW, Bowling KM, Mei D, Conti V, de la Grange P, Ferrand-Sorbets S, Dorfmüller G, Lambrecq V, Larsen LH, Leguern E, Guerrini R, Rubboli G, Cooper GM and Baulac S (2016). Germline and somatic mutations in the MTOR gene in focal cortical dysplasia and epilepsy. Neurol Genet. Oct 31;2(6):e118.
  • Weckhuysen S, Marsan E, Lambrecq V, Marchal C, Morin-Brureau M, An-Gourfinkel I, Baulac M, Fohlen M, Kallay Zetchi C, Seeck M, de la Grange P, Dermaut B, Meurs A, Thomas P, Chassoux F, Leguern E, Picard F, Baulac S. (2016) Involvement of GATOR complex genes in familial focal epilepsies and focal cortical dysplasia. Epilepsia 57:994-1003. Article awarded the 2017 Clinical Epilepsia Prize.
  • Marsan E, Ishida S, Schramm A, Weckhuysen S, Muraca G, Lecas S, Liang N, Treins C, Pende M, Roussel D, Le Van Quyen M, Mashimo T, Kaneko T, Yamamoto T, Sakuma T, Mahon S, Miles R, Leguern E, Charpier S, Baulac S. (2016) Depdc5 knockout rat: A novel model of mTORopathy. Neurobiol Dis 89:180-189.
  • Baulac S, Ishida S, Marsan E, Miquel C, Biraben A, Nguyen DK, Nordli D, Cossette P, Nguyen S, Lambrecq V, Vlaicu M, Daniau M, Bielle F, Andermann E, Andermann F, Leguern E, Chassoux F, Picard F (2015). Familial focal epilepsy with focal cortical dysplasia due to DEPDC5 mutations. Ann Neurol. Apr;77(4):675-83.
  • Boillot M, Huneau C, Marsan E, Lehongre K, Navarro V, Ishida S, Dufresnois B, Ozkaynak E, Garrigue J, Miles R, Martin B, Leguern E, Anderson M and Baulac S (2014). Glutamatergic neuron-targeted loss of Lgi1-epilepsy gene results in seizures. Brain, Nov;137(Pt 11):2984-96.
  • Nava C, Dalle C, Rastetter A, Striano P, de Kovel CG, Nabbout R, Cancès C, Ville D, Brilstra EH, Gobbi G, Raffo E, Bouteiller D, Marie Y, Trouillard O, Robbiano A, Keren B, Agher D, Roze E, Lesage S, Nicolas A, Brice A, Baulac M, Vogt C, El Hajj N, Schneider E, Suls A, Weckhuysen S, Gormley P, Lehesjoki AE, De Jonghe P, Helbig I, Baulac S, Zara F, Koeleman BP; EuroEPINOMICS RES Consortium, Haaf T, LeGuern E, Depienne C. De novo mutations in HCN1 cause early infantile epileptic encephalopathy. Nat Genet, 2014 Jun;46(6):640-5. doi: 10.1038/ng.2952. Epub 2014 Apr 20.
  • Ishida S, Picard F, Rudolf G, Noé E, Achaz G, Thomas P, Genton P, Mundwiller E, Wolff M, Marescaux C, Miles R, Baulac M, Hirsch E, Leguern E and Baulac S (2013). Mutations of DEPDC5 cause autosomal dominant focal epilepsies. Nat Genet, Apr 26;45(5):552-5.