Les "success stories"

L’ambition de l’ICM est de rendre utilisables les connaissances et les compétences de la recherche en étant un lieu d’échanges et en valorisant la recherche, avec comme objectif final de participer à la mise au point de nouveaux traitements. Vous retrouverez ici les succès majeurs des applications de la recherche, déjà célèbres et ce n’est qu’un début !
Ouvrir / fermer le sommaire

Le Neuronaute de BioSerenity

Prédiction et suivi des crises d’épilepsie grâce aux nouvelles technologies avec le vêtement intelligent de BioSerenity

Jeune entreprise de l’incubateur iPEPS de l’ICM – BioSerenity – a développé le Neuronaute, un vêtement intelligent et connecté, qui va révolutionner le diagnostic et le suivi médical de l’épilepsie avec pour objectif une prise en charge personnalisée et suivi des patients à distance. Ce type d’innovations technologiques est possible grâce au modèle ICM qui met en relation les chercheurs et les entreprises présentes dans l’incubateur.

Ce dispositif est un vêtement intelligent et connecté, équipé de capteurs biométriques intégrés enregistrant les paramètres corporels comme l’EEG (électro-encéphalographie), qui permet le suivi et le diagnostic de l’épilepsie et d’autres troubles neurologiques à distance. BioSerenity fait partie des 5 finalistes présélectionnés au Grand Prix de l’Innovation de la Ville de Paris dont la finale aura lieu le 2 décembre 2014. Pierre-Yves Frouin, Président Directeur général de BioSerenity nous présente l’actualité et les perspectives prévues pour ce vêtement intelligent.

« Notre équipe comprend 14 personnes, dont une grande majorité d’ingénieurs. Nous comptons parmi nous Dr Mario Valderrama – un universitaire colombien docteur en électrophysiologie et spécialiste de l’épilepsie – et Dr Sylvain Zorman – un ingénieur centralien docteur en biophysique – qui pilotent tous deux le développement clinique de notre dispositif. Par notre implantation stratégique au sein de l’ICM, nous bénéficions de la grande proximité avec les chercheurs, les cliniciens et les neurologues du site de la Pitié-Salpêtrière, dont le Pr. Vincent Navarro avec lequel nous sommes en lien sur l’épilepsie.

Nous avons désormais un prototype fonctionnel du Neuronaute avec lequel nous sommes capables de faire des démonstrations d’enregistrement des mesures. Les prochaines étapes pour nous sont d’une part l’obtention du “marquage CE” – “Conforme aux Exigences” autorisant la mise sur le marché européenne pour les dispositifs médicaux et les études cliniques associées et d’autre part l’industrialisation de ce vêtement connecté pour laquelle nous seront accompagnés par l’Institut Français de la Mode – l’IFM – en lien avec notre ingénieur textile Marion Gouthez. Cette collaboration va nous permettre de travailler les contraintes liées à la production industrielle de haute qualité tout en valorisant les aspects esthétiques et ergonomiques dans un souci de confort des patients.

Nous sommes enfin en train de travailler avec le Dr Michel Le Van Quyen à la mise en place d’une collaboration sur l’interprétation des signaux d’électro-physiologie pour une meilleure compréhension de l’épilepsie et un diagnostic facilité. Nos technologies sont développées en symbiose avec le résultat des recherches fondamentales et cliniques de l’ICM. »

Voracy Fish de BRAIN e-NOVATION

Rééducation des patients victimes d’AVC grâce aux « Serious Games » du LabCom BRAIN e-NOVATION

Reposant sur l’interaction entre les chercheurs, les médecins, les cliniciens, et les ingénieurs, le LabCom BRAIN e-NOVATION, laboratoire commun entre l’ICM et le groupe GENIOUS qui fabrique des jeux vidéo, a créé « Voracy Fish« , un “serious game” – jeux thérapeutique – visant à rééduquer et à réhabiliter les patients victimes d’AVC (en lien avec Marie-Laure Welter, coordinatrice du LabCom)

Avec pour volonté la mise en place d’un partenariat entre l’ICM et le groupe GENIOUS, entreprise qui fabrique des jeux vidéo, le laboratoire commun Brain e-NOVATION a pour objectif de créer des “serious games” – jeux thérapeutique – visant à rééduquer et à réhabiliter les patients qui souffrent de maladies neurologiques ou psychiatriques. Le jeu thérapeutique “Voracy Fish” a été créé à l’attention des patients victimes d’AVC, pour leur permettre de rééduquer leurs membres supérieurs.

Ces jeux vidéo thérapeutiques ont pour principe de pouvoir être pratiqués à domicile ou en milieu institutionnel (chez un praticien ou à l’hôpital). Le patient peut jouer seul, avec un membre de sa famille, ou encore en réseau avec d’autres patients. La pratique de ce jeu à distance est monitorée grâce à une plateforme technologique qui permet de recueillir différents paramètres du comportement moteur du patient et leur analyse par des thérapeutes et ainsi de proposer un ajustement du jeu vidéo en fonction de chaque patient et de sa progression.

L’idée du “jeu vidéo thérapeutique” a pour objectif à la fois de surmonter les difficultés rencontrées par les patients dans les rééducations plus conventionnelles et de remédier à leur démotivation possible face au côté répétitif et à la difficulté d’accéder au thérapeute en ville. L’intérêt de ce type de traitement innovant qui se veut ludique, est de pouvoir allier les différentes composantes du comportement humain : la motricité avec les mouvements du corps, la cognition avec les enjeux et les objectifs de réussite des différents niveaux du jeu, tout en alliant l’aspect motivationnel et émotionnel avec le côté ludique du dispositif.

L’idée de Brain e-NOVATION est d’inscrire ces jeux – qui se veulent complémentaires de la rééducation auprès des praticiens (thérapeutes ou kinésithérapeutes) – dans des essais cliniques afin d’évaluer et de montrer l’efficacité et l’intérêt de ce type de traitement et d’outil, que ce soit pour l’AVC avec Voracy Fish ou pour d’autres types de pathologies.

Sclérose en plaques progressive : un succès pour MedDay

Développement d’un nouveau traitement contre la sclérose en plaques progressive

MedDay, une société biotechnologique axée sur le traitement des troubles du système nerveux, incubée au sein de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière-ICM, a annoncé en avril 2015 que le critère principal de son essai clinique pivot MS-SPI avait été atteint. L’essai MS-SPI portait sur l’efficacité et l’innocuité du MD1003, une biotine de qualité pharmaceutique hautement concentrée, prise à une dose quotidienne de 300 mg dans le traitement de la sclérose en plaques progressive.

Le critère principal de l’étude était la proportion des patients qui démontraient une amélioration après neuf mois de traitement, avec confirmation après douze mois de traitement. Les résultats ont été présentés pour la première fois à l’occasion de la séance plénière sur les essais cliniques au congrès annuel de l’American Academy of Neurology (AAN) à Washington D.C.

« Il est très encourageant que le critère principal ait été atteint malgré le fait que nous avions placé la barre très haut en ce qui concerne la définition de la réponse au traitement. Ce résultat (…) suggère que le MD1003 pourrait contribuer de manière importante et efficace au traitement de la sclérose en plaques progressive primaire et secondaire », a déclaré le professeur Ayman Tourbah, investigateur coordonnateur de l’étude, département Neurologie du CHU de Reims, France.