Les TOC - Troubles Obsessionnels Compulsifs

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) est une maladie invalidante tant pour le sujet qui en souffre que pour son entourage.
Ouvrir / fermer le sommaire

Description de la maladie

Symptômes

Le TOC se manifeste par 2 grandes catégories de symptômes : les obsessions sous la forme de pensées, d’images à contenus désagréables qui s’imposent involontairement au sujet. Ces obsessions génèrent une anxiété majeure et nécessitent de la part de ce dernier la réalisation de comportements répétés, des rituels pour tenter d’apaiser ces idées angoissantes.

Actuellement, les traitements par psychothérapie cognitivo-comportementale (TCC) et / ou les antidépresseurs sérotoninergiques permettent d’améliorer les deux tiers des patients. Cependant, les formes résistantes aux traitements classiques et en particulier les formes très sévères (20% des formes résistantes) font l’objet de recherches particulières pour développer des innovations thérapeutiques.

Prévalence

2% à 3% de la population sont touchés par un TOC. Il représente aujourd’hui la 4ème maladie la plus fréquente traitée en psychiatrie après les troubles phobiques, les addictions et les troubles dépressifs. La maladie peut apparaître tôt, y compris dès l’enfance et son évolution est chronique : 65% des personnes atteintes ont déclenché ce trouble avant l’âge de 25 ans et 15% après 35 ans.

Réponses de l’ICM

Thématiques et équipes de recherche

Comprendre les mécanismes à l’origine des troubles obsessionnels compulsifs et développer des solutions innovantes pour les traiter : l’équipe de Luc Mallet.

L’équipe de Luc Mallet, Psychiatre et chercheur en neurosciences développe des projets de recherches fondamentale et clinique pour essayer de comprendre les fonctions cérébrales impliquées dans la pathologie en étudiant le comportement à la fois chez le modèle expérimental et chez l’homme.

À partir de techniques de neuroimagerie cérébrale, les chercheurs ont pu identifier que certaines régions du cortex, les régions orbito-frontales (placées au-dessus des yeux) se trouvent impliquées dans l’émergence de certains symptômes parmi les plus importants, notamment le doute envahissant probablement à l’origine des comportements de vérification.

En outre, l’équipe cherche à proposer des solutions innovantes notamment dans les formes les plus résistantes à l’aide des différentes approches thérapeutiques comme les psychothérapies expérimentales, l’utilisation de la stimulation transcrânienne ou encore la stimulation cérébrale profonde. Récemment, grâce à cette dernière technique, les chercheurs ont découvert qu’en modulant l’activité de circuits cérébraux très précis, les symptômes exprimés dans la maladie pouvaient être atténués voire totalement supprimés. Cette approche consiste à moduler l’activité de circuits cérébraux dysfonctionnels. Ces réseaux doivent être mieux identifiés pour espérer augmenter l’effet thérapeutique.

Recherche clinique

Traiter les TOC par stimulation cérébrale profonde

Différents essais cliniques visant à évaluer l’efficacité de la stimulation cérébrale à haute fréquence ont été développés et menés à l’ICM. Carine Karachi et Luc Mallet participent à plusieurs essais multicentriques et ont coordonné un essai visant à comparer plusieurs cibles de stimulation chez les malades. Parallèlement, ils coordonnent un ensemble de recherche en électrophysiologie visant à identifier des biomarqueurs d’état et de réponse chez les patients. L’objectif de ces essais est d’optimiser le traitement des TOC par la stimulation cérébrale profonde.