Une atteinte précoce de la moelle épinière chez des personnes à risque de développer une DFT/SLA

Mis en ligne le 12 juillet 2019
Ouvrir / fermer le sommaire

 

 

Une étude collaborative, conduite par les docteurs Giorgia Quérin et Pierre-François Pradat du Laboratoire d’Imagerie Biomédicale (Sorbonne Université), le département de neurologie de l’Hôpital Pitié-Salpêtrière – APHP et l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (CNRS/Inserm/Sorbonne Université/APHP), met en évidence une atteinte précoce de la moelle épinière chez des sujets à risque de développer une dégénérescence fronto-temporale (DFT) ou une sclérose latérale amyotrophique (SLA), car porteurs d’une mutation génétique spécifique.

 

Les dégénérescences fronto-temporales (DFT) et la sclérose latérale amyotrophique (SLA) sont des maladies neurodégénératives pouvant avoir une cause génétique commune, dont la plus fréquente est une mutation du gène c9orf72.

 

L‘étude PREVDEMALS, conduite par le  Dr Isabelle Le Ber à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière-AP-HP, réunit une large cohorte de 80 personnes asymptomatiques porteuses de la mutation c9orf72, donc à risque de développer une DFT ou une SLA dans quelques années, avec pour objectif de détecter des anomalies qui précèdent les symptômes de ces pathologies. Durant cette phase de dégénérescence assez longue, même si sa durée est encore inconnue, vont se constituer des lésions, avant que n’apparaissent les premières manifestations cliniques.

 

Ces informations sont essentielles pour mettre en œuvre de nouveaux traitements mais aussi dans une perspective de prise en charge thérapeutique : pouvoir traiter à une phase très précoce, pré-symptomatique, avant l’installation de processus plus tardifs de dégénérescence, irréversibles pour nombre d’entre eux.

 

Dans la présente étude, les Dr Querin et Pierre-François Pradat se sont concentrés sur l’étude de la moelle épinière, grâce à des méthodes avancées d’imagerie à haut champ, l’IRM 3T, au sein du CENIR (Centre de neuroimagerie de recherche) à l’ICM.

 

Ils mettent en évidence une atrophie sélective de la substance blanche du faisceau cortico-spinal au niveau de la moelle cervicale, la partie de la moelle épinière située au niveau des vertèbres cervicales, à partir de l’âge de 40 ans, chez les sujets asymptomatiques porteurs de la mutation du gène C9Orf72. 18 mois après la première mesure, ils montrent également des anomalies de la diffusion de cette même région, traduisant des processus de dégénérescence.

 

De plus, ces anomalies de diffusion étaient plus importantes chez les sujets avec une histoire familiale de SLA plutôt que de DFT. Des atteintes précoces au niveau cérébral, avant 40 ans, avaient été mises en évidence dans une précédente étude de la cohorte PREVDEMALS. Ces nouvelles atteintes de la moelle épinière, visibles seulement après 40 ans, pourraient suggérer une atteinte primaire au niveau cérébral avec une diffusion aux structures spinales ultérieure.

 

Ces résultats apportent des informations importantes sur la phase pré-symptomatique de la maladie et constituent un pas de plus vers le développement de traitements précoces. A terme, l’objectif serait d’identifier la fenêtre thérapeutique, c’est-à-dire la période la plus propice pour délivrer les traitements, de façon personnalisée.

 

 

Source

Presymptomatic spinal cord pathology in c9orf72 mutation carriers: a longitudinal neuroimaging study. Querin G, Bede P, El Mendili MM, Li M, Pélégrini-Issac M, Rinaldi D, Catala M, Saracino D, Salachas F, Camuzat A, Marchand-Pauvert V, Cohen-Adad J, Colliot O, Le Ber I, Pradat PF; Predict to Prevent Frontotemporal Lobar Degeneration and Amyotrophic Lateral Sclerosis (PREV-DEMALS) Study Group. Ann Neurol. 2019 Jun 8.