carthera à l'ICM

Recherche Mis en ligne le 9 février 2012
Ouvrir / fermer le sommaire

VOS QUESTIONS Á Alexandre Carpentier, Membre de l’équipe de Recherche Carthera

 

Jeune entreprise innovante installée au sein de l’ICM, CARTHERA conçoit des dispositifs médicaux hautement technologiques afin de traiter les maladies cérébrales.

 

1 / Qu’est-ce que CARTHERA ?

CARTHERA, développe deux dispositifs complémentaires de traitement de pathologies cérébrales utilisant la technologie des ultrasons.

Ces dispositifs pourraient transformer la prise en charge chirurgicale et médicale de ces pathologies avec une moindre invasivité, une plus grande efficacité et des coûts réduits.

Les 2 dispositifs médicaux de CARTHERA couvrent des protocoles de traitement depuis le diagnostic et l’ablation des tumeurs en ambulatoire (dispositif SonoProbe®) jusqu’à l’amélioration de la biodisponibilité des chimiothérapies (dispositif SonoCloud®), et donc de leur efficacité.

Les dispositifs développés innovent à plusieurs niveaux :

• au niveau technologique car ils sont fondés sur des technologies de pointe en leur imposant une exigence de miniaturisation,

• au niveau biologique car ils utilisent des nouvelles voies d’interaction entre les ultrasons et les tissus,

• au niveau clinique par le développement de procédures interventionnelles sous IRM pour le cerveau,

• au niveau clinique car ils ouvrent le possibilité d’un nouveau mode organisationnel de soins par centres ambulatoires hyperspécialisés.

La SonoProbe® est une sonde interstitielle émettrice d’ultra-sons destinée à réaliser en une étape unique le diagnostic, le traitement et l’ablation précise des tumeurs avec une qualité thérapeutique accrue tout en conservant l’intégrité des tissus sains. La sonde miniaturisée permet de réaliser une telle procédure de façon percutanée, sous anesthésie locale en ambulatoire, et sous contrôle continu de l’IRM en temps réel, ce qui devrait permettre de remplacer à terme les actes neurochirurgicaux lourds à crane ouvert. Développé pour les tumeurs cérébrales (400.000 patients par an en Europe et aux Etats-Unis), la SonoProbe® possède un intérêt thérapeutique plus large, en particulier pour le traitement de lésions tumorales pulmonaires et hépatiques (1 million de patients par an).

Le SonoCloud® est un implant (puce) ultrasonore positionné dans l’épaisseur du crâne du patient qui permet l’ouverture temporaire et réversible de la barrière hémato-encéphalique, multipliant d’un facteur 4 la biodisponibilité intra-cérébrale de molécules thérapeutiques.

Développé pour augmenter l’efficacité de la chimiothérapie en accompagnement de l’ablation des tumeurs, le SonoCloud® possède un intérêt thérapeutique potentiel plus large, en particulier pour les patients atteints de maladies neurodégénératives, telle que la maladie d’Alzheimer (2 millions de patients par an).

 

2 / Depuis combien de temps êtes-vous installés dans l’ICM ?

Depuis 6 mois, CARTHERA est localisée dans la pépinière de l’Institut du Cerveau et la Moelle épinière.

 

3 / Pourquoi avoir choisi un centre de recherche comme l’ICM pour vous implanter?

Je suis neurochirurgien, l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière offre pour moi et pour CARTHERA, un plateau technique sans précédent pour mener à bien mes recherches. D’autres part, être implanté dans un centre de recherche, lui-même au coeur d’un hôpital comme la Pitié-Salpêtrière, c’est être au coeur de la démarche de soin et travailler ensemble pour trouver de nouveaux traitements pour lutter contre les maladies du système nerveux.

Je m’intéresse depuis longtemps au développement des technologies futures de la chirurgie. Même si la chirurgie rend actuellement des services immenses, je suis convaincu qu’elle doit pouvoir faire encore mieux, de façon encore moins invasive et moins coûteuse. Mon objectif médical est un peu fou : j’aspire à ce que la chirurgie du futur se résume en une convergence d’expertise médicale, de génie des matériaux, de principes physiques, et de puissance informatique. C’est cette convergence qui permettra d’assurer des traitements de qualité accrue, avec des risques diminués, et selon une procédure ambulatoire sous anesthésie locale. Cela peut paraître utopique, mais pourtant nous sommes en train d’y parvenir : nous avons maintenant la preuve du concept sur l’animal pour deux de nos technologies…