Comment dormir consolide notre mémoire

Recherche Mis en ligne le 16 décembre 2016
Ouvrir / fermer le sommaire

Une nouvelle étude suggère que les oscillations cérébrales beta et gamma, liées aux neurones inhibiteurs, joueraient un rôle dans la consolidation de la mémoire au cours du sommeil.

Le sommeil se divise en plusieurs phases : la somnolence, le sommeil léger, le sommeil profond et le sommeil paradoxal. Chacune de ces phases est liée à un certain type d’oscillations cérébrales classées en fonction de leur fréquence, alpha, beta, gamma…

Les oscillations correspondent à une activité électrique rythmique des neurones dans le cerveau qui peut être enregistrée grâce à la technique d’électroencéphalographie (EEG).

En particulier, les oscillations beta et gamma sont présentes au niveau de différentes régions du cerveau. Elles jouent un rôle important dans la transmission de l’information lors des phases d’éveil, mais aussi pendant les anesthésies profondes et le sommeil naturel. Cette activité électrique rythmique est liée à l’interaction de populations de neurones inhibiteurs et excitateurs.

Des chercheurs de l’ICM ont confirmé que les oscillations beta et gamma sont largement présentes pendant le cycle veille-sommeil au niveau de l’allocortex, qui contient le système olfactif et l’hippocampe, région impliquée dans la mémoire.

De plus, au cours du sommeil profond, ces oscillations ne sont pas limitées à ces régions et se diffusent dans les différentes régions du néocortex, qui correspond à la partie externe du cortex cérébral, et est impliqué dans diverses fonctions cognitives telles que les perceptions sensorielles, la conscience ou le langage.

Ils ont également mis en évidence que ces oscillations gamma chez l’homme sont dues à une forte implication des neurones inhibiteurs. Ces oscillations sont présentes à la fois au cours du sommeil et pendant les phases d’éveil. Pendant le sommeil, elles contribueraient à reproduire les schémas qui ont lieu pendant l’éveil et à les diffuser dans le cortex cérébral.

Ces résultats suggèrent que les oscillations beta et gamma, liées aux neurones inhibiteurs, joueraient un rôle dans la consolidation de la mémoire au cours du sommeil. Il y aurait pendant le sommeil lent une activité très similaire à l’activité cognitive de la veille. Ces activités gamma pendant le sommeil agiraient comme une sorte de « replay », le cerveau rejouant ce qu’il aurait vécu la veille, permettant ainsi de consolider la mémoire.

Référence : High-frequency oscillations […] during the wake-sleep cycle. Le Van Quyen M, Muller LE, Telenczuk B, Halgren E, Cash S, Hatsopoulos NG, Dehghani N, Destexhe A. Proc Natl Acad Sci U S A. 2016 Aug 16.