Dans le cortex visuel des aveugles

Mis en ligne le 6 mars 2019
Ouvrir / fermer le sommaire

 

Une étude conduite par Laurent Cohen et Sami Abboud à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière met en évidence une réorganisation importante du cerveau d’aveugles de naissance, dont le cortex visuel prend en charge des fonctions cognitives sans rapport avec la vision. Les résultats sont publiés dans la revue Cerebral Cortex

Environ le tiers du cortex cérébral, situé le plus en arrière dans le cerveau, est dédié à la vision. On trouve dans cette région la zone qui reçoit les informations en provenance des yeux, mais aussi toutes les aires spécialisées s’occupant de l’identification ou de la localisation des objets. Mais à quoi toutes ces régions servent-elles chez des individus n’ayant jamais rien « vu », comme les aveugles de naissance ?

Des données de littérature suggèrent qu’en l’absence du sens de la vue, ces régions contribuent toujours à la perception, mais pour le compte d’autres sens comme le toucher ou l’audition. D’autres études d’imagerie fonctionnelle montrent une activation des régions visuelles lors de tâches cognitives sans rapport avec la perception, chez les aveugles mais pas chez les voyants.

 

« Plusieurs questions restent en suspens : S’agit-il juste d’une activation parasite du cortex visuel, la même dans tous les cas, sans implication réelle dans les fonctions cognitives? Ou alors ces activations sont-elles spécifiques de certaines tâches cognitives ? » explique Sami Abboud, premier auteur de l’étude

 

Pour répondre à ces questions, Laurent Cohen et Sami Abboud de l’ICM ont réuni des sujets aveugles depuis la naissance et leur ont fait passer 4 tâches cognitives différentes, mettant en jeu de façon différente le langage, la mémoire ou l’agilité mentale. Ils ont montré que cortex visuel s’active chez les aveugles plus que chez les voyants, mais aussi que chacune des 4 tâches active des zones différentes du cortex visuel.

Les chercheurs ont ensuite fait passer à ces mêmes sujets une IRM de repos (« resting state »), sans aucune tâche à effectuer. Ces images permettent de voir les réseaux de collaboration entre des régions cérébrales éloignées. Ils ont mis en évidence que les zones du cortex visuel activées par les 4 tâches cognitives chez les aveugles sont synchronisées avec des régions différentes du cerveau, impliquées dans la fonction en question. Par exemple, la région du cortex « visuel » qui chez les aveugles s’active lorsqu’ils manipulent la signification des mots est synchronisée au repos avec des régions normales du langage.

 

« Nous montrons ici que chez les aveugles, certains systèmes cérébraux adoptent chacun une partie du cortex visuel vacant. Il s’agit d’un exemple remarquable de plasticité, illustrant les capacités du cerveau à se réorganiser fonctionnellement dans une situation inhabituelle, où toute une partie du cerveau n’est pas alimentée par le type d’information qu’elle reçoit habituellement. » conclut Laurent Cohen, co-directeur du PICNIC Lab à l’ICM

 

Source

Distinctive interaction between cognitive networks and the visual cortex in early blind individuals. Abboud et Cohen, Cerebral Cortex, 2018