Création d’un comité d’éthique et de déontologie à l’ICM

Mis en ligne le 3 mai 2019
Ouvrir / fermer le sommaire

 

L’ICM s’est doté d’un comité d’éthique et de déontologie, COMETH-ICM, chargé de contribuer à la conduite éthique de la recherche et au respect des règles déontologiques des métiers qui contribuent à sa production au sein de l’institut.

 

Le comité d’éthique et de déontologie de l’ICM est une instance consultative et indépendante, placée auprès du Conseil d’administration de l’ICM. Il traite des questions d’éthique et de déontologie dont le saisissent les instances dirigeantes de l’ICM, mais aussi les personnels. Il a pour mission :

  • D’animer la réflexion sur les questions éthiques et déontologiques soulevées par la recherche scientifique et médicale telle qu’elle est mise en œuvre au sein de l’Institut.

 

  • D’aider tous les acteurs de la recherche à l’ICM à agir au mieux au regard des normes éthiques et déontologiques, en facilitant la réflexion sur leur propre pratique et en contribuant à la réflexion générale à partir des expériences pionnières.

 

  • D’élaborer et mettre à jour la charte éthique de l’ICM.

 

  • De consulter les personnels de l’ICM pour identifier les problématiques soulevées par les pratiques professionnelles et les souhaits d’information de formation et de débats.

 

Ethique ou déontologie ?

 

La déontologie est l’ensemble des devoirs et règles régissant l’exercice des missions de l’ICM, qu’elles soient ou non déjà traduites dans le droit. Il s’agit d’un code de conduite qui doit être respecté par tous.

L’intégrité scientifique est l’ensemble des règles et valeurs qui doivent régir l’activité de recherche, pour en garantir le caractère honnête et scientifiquement rigoureux et que doit promouvoir l’ICM.

L’éthique de la recherche est relative aux questions que posent les avancées de la science et leurs

répercussions sociétales.

 

 

Il est composé de membres du personnel de l’ICM, nommés par le conseil d’administration pour 3 ans, et de deux personnalités extérieures, l’une représentant les patients, et l’autre les donateurs. Le comité élit un bureau de trois personnes, dont le président, qui assurent le fonctionnement général du comité. Les autres membres sont associés à la validation des propositions et à toutes les prises de décision.

 

« Notre objectif est d’inclure l’ensemble des personnels dans les activités du comité et d’être au service direct des bonnes pratiques en termes de recherche. La production scientifique est excellente à l’ICM. Raison de plus pour qu’elle corresponde aux plus hautes exigences éthiques. Plus généralement mon enjeu personnel est de lutter contre le discrédit de la science que l’on voit poindre. Il faut restaurer la confiance dans la science et dans la recherche en montrant que les scientifiques sont non seulement imaginatifs, créatifs, obstinés et dédiés à leur mission mais qu’ils réfléchissent aussi à la signification de leur travail et en anticipent les conséquences. »Dr Ségolène Aymé, médecin généticienne, chargé de mission maladies rares à l’ICM et présidente du comité d’éthique et de déontologie de l’ICM.