Un financement international majeur pour Claire Wyart

Recherche Mis en ligne le 3 avril 2018
Ouvrir / fermer le sommaire

Claire Wyart, cheffe de l’équipe « Dissection optogénétique des circuits spinaux sous-tendant la locomotion » à l’ICM, obtient un soutien important de l’International Human Frontier Science Program Organization (HFSPO) pour ses recherches.

Le Human Frontier Science Program est un programme international de soutien à la recherche développé par l’HFSPO. Son objectif est de promouvoir les collaborations internationales et la formation à une recherche de pointe interdisciplinaire en sciences de la vie. L’HSFPO est soutenu par les gouvernements et Conseils de la Recherche de nombreux pays et par l’Union Européenne.

En 2018, 31 équipes ont été sélectionnées parmi plus de 750 candidatures. L’équipe de Claire Wyart est récompensée pour le projet « Rôle des propriétés physico-chimiques du liquide cérébrospinal dans la formation de l’axe du corps et dans la scoliose », en collaboration avec l’équipe de François Gallaire à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse) et celle de Maria Lehtinen au Boston Children’s Hospital (USA), également lauréates.

Le programme de l’HFSPO soutient les chercheurs dans des projets innovants et créatifs sur la thématique générale des « Mécanismes complexes des organismes vivants ». Il s’agit du seul programme international finançant les équipes de scientifiques « au-delà des frontières ».

 

L’équipe de Claire Wyart travaille sur la locomotion et la façon dont les circuits sensoriels dans la moelle épinière modulent le mouvement et la posture. Son modèle de prédilection est le poisson zèbre, un petit poisson transparent aux stades précoces du développement pour lequel elle a développé des méthodes optiques de contrôle de l’activité des neurones in vivo. Grâce à cette technologie de pointe, elle a identifié une nouvelle boucle sensorimotrice dans la moelle épinière qui impacte locomotion et posture. Ces résultats suscitent l’espoir de pouvoir, un jour, stimuler précisément ces circuits pour moduler posture et mouvement chez l’homme.