Le Dr Benedetta Bodini récompensée pour ses travaux sur la SEP

Événement Mis en ligne le 15 février 2016
Ouvrir / fermer le sommaire

Mercredi 20 janvier, lors de la remise des prix médicaux de la Fondation de France au Collège des Bernardins, Benedetta Bodini, chercheuse Inserm à l’ICM a reçu le Prix Marie-Ange Bouvet-Labruyère, pour la mise au point d’une nouvelle technique d’imagerie utilisée dans l’étude de la sclérose en plaques (SEP).

La Fondation Marie-Ange Bouvet-Labruyère créée en 2005 sous l’égide de la Fondation de France, par les quatre enfants de Madame Bouvet-Labruyère, remet chaque année un Prix à une équipe ou à un chercheur de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière pour soutenir les travaux présentant un caractère innovant sur la SEP et les maladies de la myéline.

Lors de cette 4ème édition, c’est le Docteur Benedetta Bodini, neurologue à l’hôpital Pitié-Salpêtrière et chercheur Inserm dans l’équipe « Mécanismes de myélinisation du système nerveux central » de l’ICM qui s’est vu remettre le Prix Marie-Ange Bouvet-Labruyère pour l’application d’une nouvelle technique d’imagerie utilisée dans la compréhension du développement de la SEP.

Cette technique a été développée et implémentée à l’ICM par le Docteur Francesca Branzoli, chercheur physicienne IHU-ICM au CENIR. En utilisant cette technique, le Docteur Bodini a constaté que la diffusion de N-acetyl-Aspartate (NAA), une substance produite par les neurones et représentative de son fonctionnement, y est réduite, tout comme celle de créatine, une substance impliquée dans l’apport d’énergie aux cellules.

Benedetta Bodini va réaliser une étude permettant de mesurer l’atteinte fonctionnelle des neurones et le déficit des cellules en énergie par spectroscopie de diffusion durant la phase précoce de la SEP progressive. Elle va pour cela comparer la diffusion du NAA et de la créatine dans le cerveau et la moelle épinière de patients avec celle d’un groupe témoin. Les résultats obtenus permettront de mieux comprendre les premières phases de la SEP et développer des marqueurs d’imagerie utiles pour de futures études thérapeutiques.
Cette année encore, nous remercions la famille Bouvet-Labruyère pour son soutien fidèle aux côtés des équipes de l’ICM.