Le stade silencieux de la maladie d'Alzheimer

Recherche Mis en ligne le 26 avril 2016
Ouvrir / fermer le sommaire

Les critères diagnostiques de la maladie d’Alzheimer évoluent. Le Professeur Bruno Dubois et le Professeur Harald Hampel, chercheurs à Sorbonne Université, à l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière (ICM), et à l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A), lancent un programme de portée internationale qui bouscule les conceptions sur cette pathologie.

A l’occasion d’une nouvelle publication dans le numéro à paraître du Journal de l’Association d’Alzheimer « Alzheimer’s & Dementia », la première revue internationale spécialisée sur la maladie d’Alzheimer, les Prs Bruno Dubois et Harald Hampel ont coordonné le travail d’experts du monde entier pour mettre à jour les critères de diagnostic de la maladie, établis par le Groupe de travail international sur la maladie d’Alzheimer (the International Working Group ou IWG).

Au cours de la dernière décennie, le concept de maladie d’Alzheimer s’est vue bouleversé, si bien que cette pathologie est aujourd’hui considérée comme un long continuum biologique.

En effet, les processus physiologiques menant à maladie débutent des années voire des décennies avant l’apparition des premiers symptômes, qui, une fois installées, sont irréversibles. De ce fait, pour être pleinement efficaces, les interventions thérapeutiques devraient être administrées le plus tôt possible, avant que les dommages ne soient définitifs. Ainsi, il devient essentiel et urgent de définir précisément le stade préclinique de la Maladie d’Alzheimer.

Affiner et harmoniser les critères diagnostiques de ce stade – aussi bien pour la pratique clinique que pour la recherche – est crucial pour cibler les futurs essais thérapeutiques visant à endiguer l’épidémie de la Maladie d’Alzheimer mais également des Troubles Cognitifs Légers. Ce point de vue a été récemment défendu par le Professeur Harald Hampel – également titulaire de la chaire AXA/Sorbonne Université sur la Maladie d’Alzheimer – et le Dr Simone Lista dans un article paru dans le célèbre journal Nature Reviews Neurology.

La recherche progresse et il est désormais réaliste de diagnostiquer la Maladie d’Alzheimer à son stade préclinique grâce à une approche multimodale, combinant méthodes d’imagerie et de biochimie. Ainsi, la priorité des chercheurs devient d’identifier puis de valider des biomarqueurs de cette phase asymptomatique, à savoir des modifications morphologiques et métaboliques dans le cerveau ou la présence de protéines particulières dans le liquide céphalo-rachidien. Cet axe de recherche apparaît aujourd’hui comme celui du succès thérapeutique.

Pourtant, on sait encore peu de choses sur ce stade « silencieux » de la Maladie d’Alzheimer bien que son importance au regard des approches préventives ne soit plus à démontrer. Il demeure donc fondamental d’explorer l’histoire naturelle de cette phase, avec les dérèglements physiologiques et les modifications structurelles qu’elle implique dans le cerveau. Comprendre les facteurs qui influencent la progression vers la maladie symptomatique est également nécessaire. De plus, réfléchir en amont sur les questions éthiques que pose une détection précoce de la Maladie d’Alzheimer est inévitable. L’article fournit pour chacun de ces aspects un examen actualisé de la littérature scientifique mais propose aussi des recommandations pratiques pour les activités de recherches à venir.

Sur le terrain, ce bouleversement conceptuel au regard de la Maladie d’Alzheimer se matérialise en un projet de recherche translationnelle innovant et ambitieux, l’étude INSIGHT, dirigée par le Professeur Bruno Dubois et le Professeur Harald Hampel. Lancée au sein de l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A), INSIGHT a pour principal objectif de comprendre pourquoi et comment la Maladie d’Alzheimer se déclare chez certaines personnes et non chez d’autres. Pour ce faire, les chercheurs doivent déterminer quel sont les biomarqueurs de progression vers la phase symptomatique de la maladie au fil du temps dans une population asymptomatique de sujets à risque. Une approche multimodale permet de vérifier si la combinaison de certains biomarqueurs offre une plus grande puissance prédictive. Les premiers résultats sont attendus pour cette année.

Référence : Preclinical Alzheimer’s disease: Definition, natural history, and diagnostic criteria.