Les travaux de Benedetta Bodini et Bruno Stankoff sur la sclérose en plaques reconnus internationalement

Recherche Mis en ligne le 29 décembre 2016
Ouvrir / fermer le sommaire

La publication de Benedetta Bodini et Bruno Stankoff, chercheurs à l’ICM, sur l’utilisation d’une nouvelle technique d’imagerie dans la sclérose en plaques, a été sélectionnée par le Lancet Neurology comme l’une des 5 meilleures de 2016 pour améliorer la compréhension et la connaissance de cette maladie.

L’article « Dynamic Imaging of Individual Remyelination Profiles in Multiple Sclerosis » vient d’être reconnu par le Lancet Neurology comme l’une des 5 meilleurs publications de l’année 2016 ayant permis « d’améliorer la compréhension, de fournir de nouvelles perspectives ou de mieux faire connaître la sclérose en plaques ». Le journal Lancet Neurology est une des revues de référence dans le domaine des neurosciences.

Les chercheurs de l’ICM ont mis au point une nouvelle méthode d’imagerie permettant de visualiser la démyélinisation et la remyélinisation des neurones et de quantifier leur dégénérescence.

Le Lancet Neurology précisait que « L’utilisation de biomarqueurs d’imagerie spécifiques de la pathologie est une stratégie innovante pour améliorer la compréhension des mécanismes sous-jacents dans la sclérose en plaques. Bien que l’IRM soit particulièrement utile pour le diagnostic et les essais cliniques, la TEP (tomographie par émission de positrons) permet d’étendre le champ d’observation, comme l’a magnifiquement montré une étude de Bodini et al. sur la démyélinisation et la remyélinisation. Cette étude menée sur 20 patients a permis de mettre au point un index de remyélinisation qui reflète le potentiel de réparation individuel et qui est inversement associé à la progression du handicap. ».

 

« Je suis très flattée que cette publication ait été élue parmi les cinq meilleures de l’année par The Lancet Neurology et cela nous conforte et nous encourage dans nos recherches. Grâce à cette technique, nous pourrons, à terme, stratifier les patients selon leur potentiel de remyélinisation spontanée pour adapter au mieux les traitements. Elle présente également un intérêt pour l’évaluation de médicaments remyélinisants lors d’essais cliniques. » – B. Bodini.

 

Référence : Dynamic imaging of individual remyelination profiles in multiple sclerosis. Bodini B, Veronese M, García-Lorenzo D, Battaglini M, Poirion E, Chardain A, Freeman L, Louapre C, Tchikviladze M, Papeix C, Dollé F, Zalc B, Lubetzki C, Bottlaender M, Turkheimer F, Stankoff B. Ann Neurol. 2016 Feb 18.