l'ICM co-lauréat de la subvention "brain" du nih

Recherche Mis en ligne le 7 novembre 2014
Ouvrir / fermer le sommaire

En tant que partenaire d’un projet de recherche de grande envergure en “optogénétique” au sein d’un consortium avec l’Institut de la Vision – IDV (Serve Picaud) et l’Université Descartes (Valentina Emiliani), l’équipe du Dr Claire Wyart à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière – ICM (Sorbonne Université, INSERM, CNRS, Salpétrière), est co-lauréate de la subvention “BRAIN” du NIH – National Institute of Health (États Unis). La subvention qui lui est allouée va lui permettre de développer ses travaux de recherche sur les circuits neuronaux sous-tendant la locomotion avec les nouvelles applications technologiques de pointe de l’optogénétique. Une réunion de lancement pour les lauréats “BRAIN” est prévue sur le campus du NIH à Bethesda (Maryland, États Unis) les 20 et 21 novembre 2014.

 

Début octobre 2014, le NIH a annoncé les lauréats de la première vague de financement dans le cadre du projet “BRAIN” – “Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies” (Recherche sur le cerveau par le renforcement des neurotechnologies innovantes). Parmi les deux lauréats étrangers ayant remporté une subvention, a été sélectionné le projet coordonné par Serge Picaud de l’Institut de la Vision (Université Pierre et Marie Curie, Inserm, CNRS, Quinze-Vingts) et Valentina Emiliani du Laboratoire de Neurophotonique (Université Paris Descartes, CNRS) avec lequel l’équipe de Claire Wyart de l’ICM est partenaire.

 

Un défi majeur des neurosciences contemporaines est de manipuler l’activité électrique des neurones du cerveau, afin de comprendre comment ils participent à l’élaboration de nos perceptions, de nos actions et de toutes nos fonctions cognitives. Récemment, de nouvelles protéines “optogénétiques” ont permis d’activer ou d’inhiber à distance les neurones par la lumière. L’optogénétique est un domaine de recherche et d’application qui associe l’optique à la génétique et qui permet de rendre des neurones sensibles à la lumière. Ces méthodes nécessitent des technologies d’illumination très précises afin d’agir spécifiquement sur un neurone donné en laissant les cellules voisines intactes. Pour cela, le laboratoire de Valentina Emiliani a récemment développé une méthode de pointe issue de la physique appelée l’holographie générée par ordinateur qui permet de concentrer précisément la lumière sur un seul neurone, ou un ensemble de neurones en 3 dimensions choisi par l’expérimentateur.

 

Le but du projet financé par le NIH est d’améliorer cette approche avec la possibilité de photo-stimuler plusieurs neurones dans des géométries tridimensionnelles, et avec une dose d’illumination adaptée dans chaque neurone. Cette nouvelle technologie sera testée sur les neurones de la rétine par l’équipe de Serge Picaud (IDV), du système moteur du poisson zèbre (zebrafish) par l’équipe de Claire Wyart à l’ICM, et du cortex sensoriel par l’équipe de Simon Schultz (Imperial College, Londres). Des nouvelles protéines optogénétiques seront fournies par le laboratoire d’Ed Boyden (MIT, USA).

 

Grâce à cette technologie, les chercheurs vont être en mesure de contrôler l’activité des neurones de leur choix au sein du cerveau, et comprendre ainsi comment ils construisent collectivement nos perceptions et nos comportements. Pour répandre cette technologie à travers le monde pharmaceutique et académique, la technologie sera commercialisée par la société 3I (Intelligent Imaging Innovations, Inc., Denver, Colorado, USA ; également installée au sein de l’incubateur d’entreprises iPEPS de l’ICM). « Ensemble, cette nouvelle stratégie sera un outil unique pour comprendre comment le fonctionnement des réseaux de neurones peut être altéré lors de maladies neurologiques, dans la moelle épinière ou la rétine » déclare Claire Wyart.

 

Source :
“NIH BRAIN Awards” Septembre 2014 – Projet N° 1-U01-NS090501-01 : “Three Dimensional Holography for Parallel Multi-target Optogenetic Circuit Manipulation” – Serge Picaud.
Lien Lauréats
Lien Projet

 

motoneurones de poisson-zèbre

Motoneurones de poisson-zèbre (Zebrafish) visibles grâce à une molécule fluorescente verte, la GFP (Green Fluorescent Protein) © Inserm/Leclerc, Philippe

Equipes scientifiques

Equipe "Signalisation Sensorielle Spinale"
Chef d'équipe
Claire WYART PhD, CR1, INSERM
Circuits spinaux de la locomotion
Domaine principal : neurophysiologie
Domaine secondaire: Neurosciences moléculaires et cellulaire

L’équipe dirigée par Claire WYART étudie les réseaux neuromodulateurs issus du cerveau ou de la moelle épinière et leurs effets sur la locomotion et la posture. L’équipe s’intéresse aux circuits neuronaux dits « reticulospinaux » (RSNs).
Lire la suite