Un nouveau marqueur sanguin pour prédire la maladie d’Alzheimer ?

Recherche Mis en ligne le 9 mai 2017
Ouvrir / fermer le sommaire

Une récente étude, dirigée par le Professeur Harald Hampel, chercheur à l’ICM, met en évidence le potentiel prédictif d’un biomarqueur sanguin dans la maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer est la maladie neurodégénérative la plus fréquente et la principale cause de démence chez les personnes âgées. Elle se caractérise notamment par la présence de plaques amyloïdes dans le cerveau.

Cette accumulation de plaques est issue d’une réaction entre une « protéine précurseur amyloïde » et des enzymes, dont des β ou γ-secrétases, et débute plusieurs années avant l’apparition des symptômes.

L’activité d’une molécule en particulier, la β -Secrétase 1 (BACE1), augmente dans le cerveau et le liquide cérébro-spinal des patients souffrant de troubles cognitifs modérés et de cas probables de maladie d’Alzheimer. La présence de cette molécule serait donc un biomarqueur intéressant pour détecter la maladie, mais la recherche de cette molécule se heurte à un problème médical : l’analyse du liquide cérébro-spinal nécessite de faire une ponction lombaire, procédure très invasive.

Afin de contourner ce problème, les chercheurs se sont penchés sur la détection de l’activité de BACE1 et de ses modifications dans le sang des patients présentant des troubles cognitifs modérés et des cas probables de maladie d’Alzheimer.

Cette étude a été réalisée chez 75 patients avec une probable maladie d’Alzheimer, 96 présentant des troubles cognitifs modérés et 53 sujets sains « contrôles ». Tous les patients ont été suivis cliniquement concernant l’évolution de leurs symptômes pendant plusieurs années.

Les résultats obtenus montrent une augmentation significative de l’activité plasmatique de BACE 1 chez les patients atteints de troubles cognitifs modérés (+53%) et chez les cas probables de maladie d’Alzheimer (+69%), par rapport aux sujets sains. De plus, les patients dont les « troubles cognitifs modérés » se sont transformés en « probable maladie d’Alzheimer » au cours du suivi clinique, présentent une activité de BACE 1 plus élevée que les patients souffrant de « troubles cognitifs modérés » restés stables, ainsi que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Dans leur ensemble, ces résultats apportent un argument important en vue de l’utilisation de la mesure de l’activité plasmatique de BACE 1 comme biomarqueur dans les cas de troubles cognitifs modérés et les cas probables de maladie d’Alzheimer. Les avantages seraient nombreux car ce test est accessible par simple prise de sang, donc rapide, généralisable, peu coûteux et peu invasif. Il pourrait constituer un marqueur diagnostic prometteur pour les patients à risque de développer la maladie d’Alzheimer.

« Le développement de ce biomarqueur de l’activité BACE1 dans le sang est une avancée majeure pour cibler la première étape de la cascade de réactions qui conduisent à la production de protéines amyloïdes chez les patients à un stade précoce de la maladie d’Alzheimer. Cet outil diagnostic et pronostic non-invasif va s’avérer extrêmement précieux pour les essais thérapeutiques en cours sur les inhibiteurs de BACE1. Notre équipe poursuit son travail sur le stade asymptomatique préclinique de la maladie d’Alzheimer en utilisant le test BACE1 nouvellement développé au sein de la cohorte INSIGHT-preAD composée de 380 sujets sains à risque de développer la maladie. », Professeur Harald Hampel

Source : Increased Plasma Beta-Secretase 1 May Predict Conversion to Alzheimer’s Disease Dementia in Individuals With Mild Cognitive Impairment. Shen Y, Wang H, Sun Q, Yao H, Keegan AP, Mullan M, Wilson J, Lista S, Leyhe T, Laske C, Rujescu D, Levey A, Wallin A, Blennow K, Li R, Hampel H. Biol Psychiatry. 2017 Mar 27. pii: S0006-3223(17)30098-7. doi: 10.1016/j.biopsych.2017.02.007.