Présentation de l'IHU

«Les grandes découvertes nécessitent de grandes idées et une technologie de pointe et grâce aux financement IHU, l’ICM a pu se doter de plateformes technologiques d’excellence et recruter les scientifiques les plus brillants pour résoudre les grands mystères du cerveau. Comment le cerveau se développe-t-il, comment fonctionne-t-il, comment devient-il malade avec l’âge et comment peut-on utiliser sa résistance intrinsèque pour comprendre les maladies et peut-être les guérir ? » Bassem HASSAN, Directeur scientifique de l’ICM
Ouvrir / fermer le sommaire

En juillet 2010, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et le ministère de la santé ont ouvert un appel à projet doté de 850 millions d’euros dédié aux Instituts Hospitalo-Universitaires (IHU) dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir ».
Cet appel à projet visait à labelliser des centres d’envergure internationale afin de renforcer l’attractivité de la recherche scientifique et médicale française.
Un IHU est un institut d’excellence, où les meilleures équipes publiques et privées collaborent pour construire le futur de la médecine grâce à une recherche innovante au service des patients.
Le centre de neuroscience translationnelle de Paris coordonné par l’ICM,  avec l’appui de ses partenaires publics :  Sorbonne Université, l’INSERM, le CNRS et l’AP-HP,  est un des six lauréats a avoir été sélectionné pour sa qualité exceptionnelle.

Ces avancées scientifiques et médicales majeures résultent du modèle multidisciplinaire et entrepreneurial promu par l’ICM qui a reçu le label d’ « Institut Hospitalo-Universitaire » en 2012.

En janvier 2018, l’ICM et la fondation de coopération scientifique IHU ont fusionné. Pour donner à la fois une plus grande cohérence et un poids accru des projets scientifique et médicaux de l’institut, le budget, les actions, les équipes, les réalisations et l’espoir ont été mutualisés.
4 axes majeurs constituent le cœur des projets qui permettront de répondre aux challenges de demain, accélérer la connaissance du cerveau et révolutionner la façon de traiter les patients : recherche fondamentale et translationnelle, valorisation et engagement en matière d’éducation.
Afin de pouvoir relever ce challenge dans un futur proche, nous devons redoubler d’efforts, développer de nouvelles compétences et continuer à promouvoir l’innovation dans la recherche.
Ceci ne sera possible que grâce aux partenariats public et privé, contributeurs majeurs de notre succès et du futur des neurosciences.