Le programme de l'IHU

« L’objectif principal est de fusionner les expertises du pôle des maladies du système nerveux (MSN), un hôpital universitaire important, et de l’ICM pour servir la recherche clinique et l’innovation thérapeutique. C’est une opportunité unique pour nos patients et notre pays. En ce qui me concerne, c’est une priorité absolue. » Jean-Yves DELATTRE, Directeur médical de l’ICM et chef du pôle des maladies du système nerveux de l’hôpital Pitié Salpêtrière (MSN).
Ouvrir / fermer le sommaire

Le pôle des maladies du système nerveux (MSN) réunit des services de neurologie, de psychiatrie, de suivi thérapeutique et de rééducation, ainsi que des services de neurophysiologie et de neuropathologie du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière. Cela représente une force de soin significative, avec près de 500 lits, plus de 1000 agents et 250 médecins. Le pôle MSN coordonne d’autre part 8 centres de référence de maladies rares.
L’objectif principal de l’ICM, à travers son programme IHU, est d’encourager la conception et le développement de médicaments ou de solutions thérapeutiques innovants permettant le diagnostic précoce et de combattre, voire guérir les maladies du système nerveux.
Les financements obtenus dans le cadre de l’IHU, ont permis d’augmenter et de structurer les initiatives de recherche, de renforcer les ressources allouées à la communauté scientifique et médicale, d’acquérir de nouvelles technologies et de développer des projets innovants de soins et d’éducation.

Cette ambition est basée sur cinq thématiques majeures qui constituent le programme de l’IHU :

  • La recherche fondamentale, clinique et translationnelle
  • Les activités de soins
  • L’éducation et la formation
  • La visibilité internationale et l’attractivité
  • La valorisation

 

Recherche fondamentale, clinique et translationnelle

L’ICM a développé une recherche translationnelle productive autour d’une recherche fondamentale d’excellence basée sur 4 grands domaines :

 

1) Neurobiologie cellulaire et moléculaire

Les équipes de ce domaine travaillent sur la genèse des cellules cérébrales, sur leurs interconnexions et leurs interactions qui forment le cerveau et assurent son intégrité au cours de la vie. Ces connaissances sont les bases permettant de comprendre comment les mécanismes physiopathologiques impactent les différentes aires cérébrales à différents âges.

Résulats récents:

 

2) Neurophysiologie integrative

Grace à l’imagerie multi-échelle, les approches électrophysiologiques, des modèles computationnels innovants, les équipes de ce domaine étudient la fonction cérébrale dans différents types de modèles expérimentaux. Cette étude va de la synapse, en passant par les microcircuits jusqu’aux réseaux du cerveau dans son entier. Le but de ces recherches est de comprendre comment l’activité neuronale peut dysfonctionner et de caractériser les mécanismes neuronaux pathologiques sous-jacents aux symptômes neurologiques.

Résulats récents:

 

3) Neurosciences cognitives

En combinant l’étude des processus mentaux, à l’anatomie et à la dynamique cérébrale, les équipes du domaine explorent les mécanismes responsables des déterminants cognitifs, contextuels, affectifs et motivationnel du comportement. PRISME, une plateforme technologique innovante pour l’étude des comportements complexes humains, financée par l’IHU, est un outil essentiel à la réussite de ces recherches.

Résultats récents :

 

4) Neurologie Clinique et neurosciences

L’un des buts principaux de l’IHU est d’insuffler une culture d’excellence dans la recherche clinique et de développer un environnement unique pour la médecine de précision et de prévention. Au sein du périmètre IHU, il existe actuellement plus de 170 études cliniques en cours (57 cohortes, 200.000 échantillons biologiques et 500 tissus cérébraux). L’activité de recherche clinique a doublé depuis 2011 (7000 patients par an). Les études cliniques sont financées par les institutions académiques (63%) des partenaires industriels (37%) avec un objectif physiopathologique (40%) ou thérapeutique (60%).

 

Après une évaluation par le “Scientific Advisory Board” (SAB), 13 équipes travaillant sur des thématiques allant de la médecine du sommeil, en passant par les AVC et les traumatismes jusqu’à la neuro-oncologie et les maladies neurodégénératives ont été sélectionnées pour bénéficier d’un financement sur 5 an et un support de l’infrastructure de recherche clinique de l’ICM.

L’ICM a établi des stratégies clés pour faire de la neurologie clinique et des neurosciences le 1er domaine de publication scientifique de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière qui a d’autre part le plus haut taux de publication des centres de santé publique en France.

  • Procédures accélérées entre le dépôt des dossiers légaux et le début de l’étude
  • Investissements IHU dans 10 plateaux technologiques de pointe avec un TEP-IRM 3T, une technologie par ultra-sons, des enregistreurs électrophysiologiques, de la microscopie bi-photon, du séquençage nouvelle génération.
  • 5M€ d’investissement pour la création d’un centre de neuro-informatique (200 utilisateurs, 50 projets par an, 24 publications en co-auteur et plus de 80 articles remerciant l’ICM), incluant la plateforme de bioinformatique & biostatistique (ICONICS) dédié à la gestion des données et à leur analyse.
  • L’appel d’offre interne « Big Brain Theory (BBT)”, le seul appel à projet interne de l’IHU permettant de favoriser les initiatives innovantes et interdisciplinaires haut risque/hautes retombées et d’encourager les collaborations. 23 projets financés à hauteur de 200 k€, 25 communications lors de congrès, 18 articles scientifiques et 2,7 M€ reçus par appels d’offres compétitifs.
  • Une évaluation par le comité de pilotage scientifique pour soutenir une recherche de qualité

Résultats récents :

 

Les activités de soin

L’ICM a développé un réseau de soin dédié aux patients présentant un tableau complexe de maladie de Parkinson et de traumatisme crânien :

  • Réseau de professionnel formés aux soins hors-hôpital afin de renforcer les liens entre les services de soins de 1ere ligne et les unités hospitalières spécialisées.
  • Création d’un pôle régional, le “Pôle de coordination du handicap neurologique”. Plus de 250 patients atteints d’épilepsie, de maladies inflammatoires du système nerveux, de troubles du mouvement inclus dans le programme.
  • Développement d’un réseau de recherche en soin axé sur l’analyse en profondeur des suivis de patients atteints de maladies neurodégénératives à partir de la 1ere consultation en hôpital universitaire, garce à la création de l’unité clinique UNPC dédiée au diagnostic et au soin des troubles du comportement. 1200 hospitalisations, 5000 consultations, 15 projets de recherche clinique en collaboration avec l’ICM.

 

L’enseignement et la formation

Un des objectifs de l’ICM est de proposer un enseignement innovant axé sur les thématiques de recherche et les technologies de pointe, afin d’améliorer les compétences cliniques et paracliniques et favoriser les profils polyvalents. 12 programmes incluant 1500 participants en 2018 dans le cadre de 7 actions majeures :

  • Bourses de recherche d’excellence : L’ICM
  • Bourses de recherche d’excellence : L’ICM a été sélectionné comme partenaire du « Bing Overseas Studies Program » et du MIT-France ». En 2015, l’AP-HP et l’ICM ont établi des partenariats avec le programme de résidents de l’Université de Yale.
  • Les Workshops scientifiques : Améliorer les projets de recherche de l’ICM en augmentant la visibilité internationale. 9 workshops financés avec environ 800 participants
  • iMIND a été récompensé d’un financement Sorbonne Université « FormInnov » pour le caractère innovant de cet enseignement international.
  • Brain To Market Summer School: 4 éditions, 288 participants de 13 pays. Module intégré au master iMIND
  • Stages d’internats pour futurs cliniciens chercheurs (STARE) : pour engager les étudiants vers la recherche. 6 sessions, 43 étudiants
  • Formations pour para-médicaux : pour promouvoir les expertises paramédicales et de nouvelles approches dans les projets de recherche
  • The Move : diagnostiquer les maladies grâce au mime : cours de sémiologie neurologique. (2100 étudiants et 2 tournois). Cours implantés à Sorbonne Université, rennes, Clermont-Ferrand, Lille, Nancy, Londres, Dublin at Hanoï.

 

Visibilité international et attractivité

La réputation scientifique de l’ICM a permis:

  • 300 partenariats internationaux et programmes d’enseignements
  • Politique de recrutement compétitifs internationaux (+ de 40 nationalités)
  • 2700 articles depuis 2012- 164 dans le Top 1% et 744 dans le Top 10% des plus cités
  • L’ICM au 2ième rang mondial dans le domaine de la neurologie
  • 68 cliniciens-chercheurs statutaires

Depuis la création de l’IHU :

  • Augmentation de 20% du nombre de professeurs d’université, de conférenciers et de chercheurs académiques
  • 44% de doctorants en plus
  • 38% de post-doctorants supplémentaires
  • 5 nouveaux chefs d’équipe

 

Exploitation économique

L’ICM constitue un environnement idéal pour la recherche translationnelle à fort impact économique et l’attractivité industrielle. Le soutien du programme IHU a conduit à l’obtention de financements majeurs, et à une augmentation forte des partenariats dans les domaines des applications pharmaceutiques et biotechnologiques.

 

Transfert de technologie : l’ICM soutenu par l’IHU a augmenté son attractivité industrielle, permettant la recherche de partenaires, la négociation de contrats avec propriété intellectuelle.

  • 1000 contrats avec des partenaires socio-économiques (40% internationaux) ont généré 76 M€ de revenu entre 2010 et 2017 sous le label Institut Carnot, dont seul l’ICM bénéficié parmi les IHU
  • Plus de 20 « savoir-faire » valorisés ont générés 700-900K€/an
  • 56 brevets et 7 licences exclusives
  • Lancement en 2017 de NeuroCatalyst afin de développer des produits « faits à l’ICM » avec preuves de concept et propriété intellectuelle.

 

L’incubateur de strat-up 2.0 : L’incubateur de l’ICM a soutenu 40 compagnies depuis 2013 (9 issues des recherches de l’ICM), générant un revenu de 500K€/an environ. Depuis 2015, plus de 20 start-up incubées sur le site de l’IHU ont :

  • Levé 160 M€ de fonds
  • Crée 300 emplois
  • Mis 5 produits sur le marché

 

Mécénat : L’ICM a

  • Levé plus de 110M€
  • A pu compter sur le comité des amis de l’ICM (718 mécènes)
  • Mis en place du marketing direct et une collecte de fond en ligne (175.000 donateurs)

 

Les subventions : Depuis 2012 l’ICM a

  • Levé 85M€ (subvention annuelle d’environ 10M€)
  • Obtenu 100 contrats ANR, 300 financements d’associations ou de fondations et 81 financement d’institutions publiques
  • Reçu des financements compétitifs et prestigieux ALLEN et NYSCF Robertson d’un montant de 1,5 M$ chacun, obtenu des subventions de 46 fondations internationales dont 7 du NIH
  • Géré 11 ERC, 3 POC et 14 financements collaboratifs H2020
  • Eté coordinateur d’un réseau d’enseignement innovant (ITN, Zenith 4M€) et partenaire de l’ITN Gliotrain
  • Reçu 15 bourses de post-doctorat MSCA